Le Pays de Fayence est constitué des villages de Bagnols en Foret, Callian, Fayence, Mons, Montauroux, Saint Paul en Foret, Tanneron, Seillans et Tourrettes.

Tourrettes bénéficie d’une situation très agréable et à ses pieds coule un ruisseau : le Chautard, sous affluent de la Siagne, long de 7,6 kilomètres.

Tourrettes déploie dans un incroyable labyrinthe, des ruelles étroites entrecoupées d’escaliers et de passages voûtés, sonnant encore du pas des mulets, de portes anciennes, de porches rustiques et de vieilles pierres chargées d'histoire et de légendes ouvrant un monde merveilleux et magique au pied d’un château pour le moins singulier, construit au XIX° siècle, copie parfaite de l’École des Cadets de Saint Petersbourg.

Sur la place de l’Horloge, point culminant, vous pourrez admirer depuis la table d’orientation le panorama sur fond de massifs des Maures et de l’Estérel et la Méditerranée à l’horizon.

Plusieurs ateliers d'art sont à découvrir et 80 œuvres de peinture et de sculpture sont exposées de façon permanente dans les rues du village. Tourrettes est un musée à ciel ouvert.

Ses habitants sont appelés les Tourrettans.

SON PATRIMOINE

La chapelle des Pénitents :
Sur la D219, à l’entrée du village de Tourrettes, la chapelle des pénitents ou chapelle Notre Dame de Cavaroux était à l’origine le tombeau des seigneurs de Tourrettes. Elle a été bâtie au XIVe siècle dans le Vallon du Chautard par les moines de Lérins, elle est contiguë au cimetière. Elle devint chapelle de la Confrérie des Pénitents Blancs à partir du 17ème siècle. Elle présente un cul de four et trois baies ouvertes sur le sud, ainsi qu’un clocher typiquement provençal.

 Le château du Puy :
Ce château, qui se veut être une parfaite réplique de l’École des Cadets de Saint Petersburg, fut construit en 1830 par Jean Alexandre Fabre, l’un des premiers polytechniciens de France. Il fut envoyé par l’Empereur Napoléon 1er auprès du Tsar Alexandre 1er en qualité d’ingénieur des Ponts et Chaussées, pour tracer des routes  à l’intérieur de la Russie. Il y resta vingt ans et  revint avec le titre russe de Général et une pension annuelle de 8000 roubles. En souvenir de cette période, il décida d'édifier un palais-musée pour abriter notamment  l'importante collection de tableaux de peintres russes qu'il avait ramenée. A sa mort, le 5 août 1844, le château n'étant pas terminé, son corps fut transféré au cimetière où il repose.

Le Dolmen de la verrerie vieille :
Ce dolmen est inscrit à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques. Il s'agit d'une sépulture collective de la fin du néolithique (2500 à 2000 ans av. J.C.). Il se compose d'une chambre rectangulaire précédée d'un couloir. Il est construit en dalles de grès et en pierres sèches et est situé au centre d'un tumulus de 24m de diamètre. Le matériel exhumé a été déposé au musée de Grasse.

L’église Saint André :
Probablement édifiée au XII° siècle, elle fut restaurée en 1546.
L'édifice est constitué d'une seule nef voûtée, étayée par de massifs contreforts entre lesquels s'ouvre sa grande porte dans le mur du midi. Son portail est couvert d'un tympan soutenu par deux piliers de pierre et au-dessus, une haute fenêtre éclaire la nef. Dans la nef se trouve une magnifique statue en bois doré du patron de la paroisse saint André.
Accotant le coin de la façade ouest, s'élève le clocher ; tour carrée que surmonte une tour pyramidale. Au pied de cette tour un portique permet d'accéder en franchissant quelques marches dans l'église.

Le lavoir du Boudoura :
Le terme « boudou », en provençal, veut dire « gros / gonflé ». Il s’applique à la désignation du ruisseau au cours vigoureux, ou tout simplement jamais à sec. Le lavoir rappelle le Moyen-âge et tout ce qui entrait dans les obligations (le ban) des « co-seigneurs » tenus d’édifier des ponts, des puits, des fours, des fontaines, etc. pour la protection et le bien-être des populations. En retour, ils percevaient les taxes dites banales. Avec l’abolition des privilèges tous ces édifices devinrent communaux. A ses côtés, une fontaine qui donne son nom à la rue.

La place de la Mairie :
La place est située en contrebas de la ceinture de maisons accolées sous le « rigourié » formant la ligne originelle de défense du village de Tourrettes. Face à la plaine sur la gauche, se trouve la nouvelle mairie : ancienne maison de village réaménagée à partir de 1596 pour recevoir les membres de la famille de Villeneuve dont le logis du « château » avait été détruit.

La tour de l’Horloge :
Vestige du château médiéval édifié au XIV° siècle. Le nom de Tourrettes évoque « les petites tours » d’une forteresse, mais il est probable qu’il n’y eut jamais de château digne de ce nom sur ce plateau car, on ne retrouve in situ ou sur d’autres édifices, aucune pierre d’appareillage noble. La tour de l’Horloge présente un appareil de blocage de pierre et de mortier de chaux noyée qui n’a rien de commun avec la construction militaire des forteresses de l’époque. Au XIIIe siècle le site fut vraisemblablement fortifié comme le Parage des Arcs (également propriété des Villeneuve) avec quelques tours de guet et un corps de logis sommaire. Les maisons au sud, sous la terrasse, serrées les unes contre les autres, pourvues de petites ouvertures constituaient la première ligne de défense.

N’oubliez pas de rencontrer les talentueux artisans d’arts du village, qui vous feront partager leur passion et profitez-en pour vous faire plaisir, en vous offrant une œuvre unique et originale.

Sources : Mairie de la commune, Wikipédia, paysdefayence.com, visitvar.fresterel-cotedazur.com

Mairie Tourrettes
Place de la mairie
83440 TOURRETTES
Tél. : +33 (0) 4 94 39 07 20

Site Internet : https://www.mairie-tourrettes-83.fr
Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.